TRAVAUX | Autoroute 10

Des entraves et fermetures sont à prévoir sur l'autoroute 10 à la hauteur de la sortie 55.

Consultez les détails

Où souhaitez-vous
partager cette page?

Fermer

Avis ministériel

Radon

La Direction de santé publique de la Montérégie recommande aux citoyens de tester le radon dans leur maison.

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle pouvant entrer dans les maisons notamment par les fondations. Il est invisible, n’a pas d’odeur et ne goûte rien. Le radon est la première cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs. Les fumeurs courent aussi un risque encore plus grand. Au Québec, le radon serait responsable de plus 1 000 décès par an.

En Montérégie, au moins une maison sur cinq a trop de radon. La seule façon de savoir s’il y a trop de radon dans la maison est de le mesurer avec un petit appareil appelé dosimètre. Le moment idéal pour tester le radon est lors de la saison froide. Le dosimètre coûte entre 40 et 60 dollars et peut être acheté sur le site internet de l’Association pulmonaire du Québec ou de CAA-Québec.

La quantité maximale de radon conseillée par Santé Canada est 200 Becquerels par mètre cube (Bq/m3). Si la quantité mesurée est plus élevée, il faut faire des travaux correctifs avec l’une des compagnies agréées par le Programme national de compétence sur le radon au Canada (PNCR-C). Diminuer la quantité de radon dans la maison permet de baisser le risque de cancer du poumon.


Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Santé Canada

Maladie de Lyme

 Lien vers le site de Santé Estrie


 



Source : Santé publique du CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Grippe aviaire

L’automne est maintenant à nos portes. Dans le contexte de la prévention de l’influenza aviaire, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) vous rappelle que les précautions habituelles de biosécurité doivent être rehaussées en période de migration saisonnière. 

 

Le MAPAQ vous recommande de porter une attention particulière à la procédure d’entrée et de sortie des bâtiments agricoles. Pour en savoir plus, consultez le site web de l’Équipe québécoise de contrôle des maladies avicoles.

 

Évitez les liens entre les élevages : le personnel ou les propriétaires d’un élevage avicole doivent éviter de visiter d’autres installations où sont gardés des oiseaux. 

 

De plus, la vigilance est de mise afin d’éviter d’attirer les oiseaux sauvages (en particulier les charognards), les animaux et les insectes, car leur proximité des bâtiments d’élevage peut contribuer à la propagation de la maladie. Pour ce faire, il est recommandé de :

 

  • Gérer rigoureusement les mortalités :
    • Dans le cas où les carcasses doivent être entreposées temporairement avant leur élimination, placez-les dans un local réfrigéré ou un congélateur hermétique loin de la zone d’élevage, des aliments et des sources d’eau. L’accès à cet endroit doit être contrôlé.
    • Dans le cas où les carcasses sont déposées dans un bac de récupération destiné à l’équarrissage, le bac doit être en mesure de se fermer complètement. Pour ce faire, il doit être en bon état et ne pas être rempli au-delà de sa capacité. 
    • Ne pas laisser les carcasses empilées à l’extérieur: les ramasser immédiatement ou les congeler pour entreposage ultérieur.
    • Si les carcasses doivent être déplacées, elles doivent être placées dans un bac étanche et le véhicule utilisé pour les déplacer doit être nettoyé et désinfecté à la fin des opérations.
    • Au moment du ramassage, le bac de récupération doit être placé en bordure de la route pour éviter l’entrée du camion d’équarrissage sur le site d’élevage et doit pouvoir être manipulé sans intervention du conducteur ou des employés (par exemple sans chaîne à retirer pour vider le bac dans le camion). 
  • Entreposer adéquatement la nourriture et nettoyer sans tarder tout déversement d’aliment. 
  • Entreposer le fumier le plus loin possible des bâtiments d’élevage. 

Il est recommandé de garder vos oiseaux d’élevage à l’intérieur d’un bâtiment. Si vos oiseaux doivent avoir accès à un enclos extérieur, un filet posé sur l’enclos devrait empêcher les oiseaux sauvages d’y entrer. Les zones humides et les étendues d’eau favorisent les rassemblements d’oiseaux sauvages; si vos oiseaux doivent avoir accès à un plan d’eau, il est essentiel d’installer un filet pour empêcher les oiseaux sauvages de s’y poser. 

En cas de mortalités inhabituelles ou de signes de la maladie, consultez un médecin vétérinaire. Si vous ne parvenez pas à joindre de médecin vétérinaire, composez le 450 768-6763 pour joindre la ligne téléphonique de l’Agence canadienne d’inspection des aliments pour signaler des oiseaux malades ou le 1 844 ANIMAUX pour communiquer avec la Centrale de signalement du MAPAQ. 

 

Tous les propriétaires de volaille ont la responsabilité de protéger leurs oiseaux et la santé du cheptel québécois. Consultez la page Web Québec.ca/Grippeaviaire et abonnez-vous à l’infolettre Petits élevages pour recevoir des informations sur les maladies animales, les exigences réglementaires et des conseils d’élevage et de biosécurité.

Sécurité des piscines résidentielles

Feux de forêt

Feux de forêt :

Urgence Québec a préparé de la documentation en lien avec les feux de forêt.

Document PDF

Source : Direction régionale de la sécurité civile et de la sécurité incendie Montérégie et Estrie